Conférence Web3.0, attentes, concours et nouvelle taxe

Publié le par Patrice

vache-a-lait.pngUn "petit" mot sur la conférence le web3.0 qui se déroule le 11 et 12 décembre 2007.

Sont attendus environ 1700 blogueurs et acteurs du web.

A la différence de l’année dernière, cette conférence semble avoir été beaucoup moins politisée (cf http://osapi.over-blog.com/article-4569529.html et http://osapi.over-blog.com/article-4904257.html ).
Les élections étant passées, l’économie du web est retombée dans les limbes du développement économique français, c’est dire… ^^
Rappelons pourtant les mots de notre ancien candidat aux élections lors de l’édition 2006 :
« La France à pris trop de retard dans le domaine de l’internet »
« La faute à un état qui n’a pas pris, au moment où il le fallait, les conditions pour faire de la France un pays d’innovation, de créativité et de créations d’entreprises dans le domaine de l’internet »

Et maintenant où en sommes nous ?
Combien de Facebook français à notre actif pour le deuxième pays consommateur d’internet , de blogs et de réseaux sociaux ?
Pourquoi autant d’entrepreneurs, par ailleurs présents à cette conférence, expatriés à l’étranger ?

Je ne vais pas me répéter vous trouverez donc quelques sujets de lecture ici :
http://osapi.over-blog.com/article-1692209.html
http://osapi.over-blog.com/article-2604557.html
http://osapi.over-blog.com/categorie-609897.html


Voilà en gros ce qu’il en est des attentes de cette conférence, je vais maintenant parler du concours organisé pour récompenser la startup la plus innovante parmi une trentaine de concurrents triés sur le volet, en partenariat avec TF1 s’il vous plait :D

Le choix s’est effectué sur deux parties distinctes :
- le contenu (est-ce une bonne idée de business, existe-t-il un marché...)
- est-ce que la présentation était bonne (en 7 minutes, est-ce que les managers ont réussi à expliquer leur business)

Les sociétés ont surtout présenté des software, des OS virtuels, des interfaces utilisateurs innovantes, des systèmes de monétisation, des activités virtuelles...
Il y avait plus de start-up présentant des packages qui améliorent l'existant (par exemple des services d'analyse du web, des plates-formes entre appareils, ou pour mettre les gens en relation) que de services utilisés directement par les utilisateurs.


Enfin, puisqu’on parle de cette conférence et des solutions possibles pour que l’économie numérique soit enfin prise en compte dans notre beau pays, je ne pouvais occulter le projet de future taxe proposé par nos chers députés.

L’idée saugrenue est donc de mettre en place un prélèvement obligatoire de 2%  sur les recettes publicitaires hors taxes des sites diffusant de la vidéo.
Ce projet prendrait la forme d’un amendement déposé à l’assemblée nationale.

Si les YouTube et autres Dailymotion sont les premiers concernés, tous les sites qui, à travers des accords croisés, passent de la vidéo pourraient également être taxés. "La taxe est due par toute personne établie en France qui met à disposition du public un service offrant l’accès à titre onéreux ou gratuit à des œuvres ou documents cinématographiques ou audiovisuels", peut-on lire dans l'amendement.

Selon Les Échos, l'argent issu de cette taxe, serait utilisé pour financer le cinéma, l'audiovisuel et les radios. Internet deviendra ainsi la vache à lait pour ces secteurs.

A l’heure où les modèles publicitaires sur internet peinent à dégager des marges et où l’on prône la culture pour tous, le siècle des lumières est déjà très loin, place au siècle des majors.

Commenter cet article