La publicité agace, les médias de diffusion s’élargissent.

Publié le par Patrice

Face au bombardement publicitaire, le nombre de publiphobes ne cesse d’augmenter.
Cette augmentation est telle qu’ils seraient à présent plus nombreux que les publiphiles (source : TNS Sofres "l’image de la publicité auprès des français").

Solutions proposées par les professionnels du domaine :
Multiplier les nouveaux supports de communication, par exemple les taxis, les automobiles smarts, les divers accessoires, les sports moins médiatiques, les toilettes, les tables de café, les bocks de bière, les boites à pizza etc. etc.
Ces nouveaux supports sont dits médias tactiques.

Pour rappel, dans mon dernier article je m’interrogeai sur l’éventuelle nécessité de faire de la publicité davantage ciblée qu’imposée.
Les professionnels n’entendent pas suivre cette exactement cette voix, ils vont en effet ajouter le ciblage au matraquage, dans le but de toucher même les plus difficile à atteindre.
Les médias dits tactiques ont donc pour objectifs les niches de consommateurs qui échappent encore aux mass-médias.

Ces nouveaux médias tactiques qui ont la côte permettent de cibler une clientèle précise, pour un coût de campagne d’environ 50-60 k€, contre 1,2 million pour la radio, et 3,4 million pour la TV.
Alors certes à ce prix il est difficile de toucher la ménagère de moins de 50 ans, mais en mélangeant les programmes, on a l’assurance de trouver le consommateur potentiel même lorsqu’il n’est pas agglutiné devant sa TV.

Pour finir ce chapitre voici quelques chiffres :
Il semblerait que les investissement publicitaires stagnent pour les média de masse (journaux, TV, radio).
Ceux sur internet explosent (+ 73,1% en 2005), et les médias tactiques sont quant à eux en forte augmentation également (+ 34 ,8%).
Je reviendrai sur ces nouvelles tendances dans un très prochain article. 

Suite à ces perspectives peu réjouissantes, je reste pourtant persuadé que les consommateurs eux-même sont dans l’attente de la publicité, du moment qu’elle intervient lorsqu’ils en ont besoin et qu’elle n’est pas imposée ni intrusive.
La route semble encore longue pour y arriver.

Commenter cet article