CNE, CPE, qu’est-ce qui change au fond ?

Publié le par Patrice

Je communique assez régulièrement avec des jeunes créateurs, et finalement le discours qui revient est souvent le même.
Nous avons beau représenter 96% de l’entreprenariat français (celui des TPE), ces contrats ne nous inciterons très probablement pas à recruter en masse. En ce qui me concerne je me sens tout à fait capable de savoir si un employé (je préfère largement le terme collaborateur) est compétent et surtout motivé en moins de 6 mois… Cette durée de 2 ans n’intéressera donc que les éternels hésitants, suspicieux et/ou profiteurs.
A la rigueur, ces contrats devraient précéder la mise en place d’un suivi régulier des rapports entre l’employé et l’employeur durant ces deux premières années.
On  empêcherait ainsi les futurs volte-face à la fin de la période d’essai et cela rassurerait un petit peu plus dans un tel contexte de méfiance envers l’entreprenariat…

Dans tous les cas, nos réels besoins sont autres et pourtant assez simples à comprendre.
Actuellement je travaille pour ma société entre 12-16h par jours we compris, et malgré la fatigue qui se fait quelque fois sentir, je ne risque pas de recruter une aide qui serait pourtant précieuse, car la santé de mon entreprise est encore bien trop fragile… Dois-je rappeler le taux de survie d’une nouvelle société sur 3 ans ?
En ce qui me concerne, seule une exonération complète de charges et de taxes pour les entreprises de moins de 3 ans me ferait envisager un recrutement pourtant indispensable pour développer l’ensemble des projets actuellement bloqués.
J’imagine mal un gros manque à gagner de l’état en mettant en place une telle mesure, puisque de toute manière ces charges n’auraient pas été versées faute d’employés et de recrutement actuel dans des sociétés telles que la notre.

Publié dans Coups de gueule

Commenter cet article

borneo 18/03/2006 07:44

en zone franche, ce dégrévement de charges est assez complet !