Recours aux services à la personne selon l'âge

Publié le par Patrice

Toujours selon le rapport de l'Observatoire des Caisses d'Epargne, décrit dans le billet "Nouvelles difficultés pour les services à la personne", vous trouverez ci-dessous quelques graphiques synthétisant l'utilisation des services à la personne en fonction de l'âge de l'utilisateur de ces services et le pourcentage d'utilisation.

Type de services n°1 :

On remarque ici que l'utilisation de ces services concerne directement les jeunes personnes succeptibles d'avoir des enfants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Type de services n°2 :

Pour ce type de services, la demande augmente régulièrement avec l'âge de la personne à la recherche d'une aide et sans doutes avec l'évolution de sa carrière professionnelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Type de services n°3 :

Ici l'âge de la retraite semble affirmer une baisse du besoin en terme de services liés à l'autonomie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Type de services n°4 :

Attention :
Ces graphiques n’englobent pas l’ensemble des services à la personne.
La courbe synthétisant l’utilisation d’au moins un des services est donc à nuancer, notamment dans la phase 45-50 ans.
On assiste ici à une baisse de l’utilisation des 3 types de services cités précédemment, mais d’autres activités (loisirs, soutien scolaire, bien être etc.) peuvent influencer fortement l’utilisation des services à la personne au sens large.

Dans tous les cas nous pouvons conclure sur le faît que l'utilisation des services à la personne est très fortement liée à l'âge de la personne recherchant un service et au type de service en lui même.

Il sera donc intéressant d'élargir cette étude à l'ensemble des services à la personne en fonction de l'âge du demandeur.


 

Commenter cet article

El yaagoubi 27/04/2006 09:33

Une politique commerciale équitable
La promotion de solidarités concrétes et intégrées

Il est temps que les pays riches définissent une politique commerciale équitable à l'égard des pays du Sud.Ce qu'il faudrait c'est accompagner les pays pauvres dans leur politique interne d'auto-développement pour les aider progressivement à se frayer une approche consciente et appropriée en matiére d'un développement durable.

Les actions de solidarité s'avèrent peu porteuses

Il est inutile de démontrer que les actions d'aide aux pays pauvres n'ont pas donné de résultats probants ni socialement ni politiquement.C'est état de fait a pouusé beaucoup de spécialistes à dénoncer ce type de partenariat pour construre une politique mondiale plus rationnelle et bénéfique à moyen et à long terme.

Vers une réduction des déséquilibres du commerce international

A l'avénement de la mondialisation,tous les les modèles se voient noyés à l'eau.Donc de nouvelles démarches s'imposent en matière de gestion politique et économique à tous les échelons:local,régional ou mondial.

Il faut alors viser une économie mondiale qui soit solidaire,sans restriction aucune pour humaniser l'ordre mondial que nous voulons démocratique et sans frontières.Les moyens qu'il faut mobiliser sont entre les mains du tissu associatif,des universitaires,des spécialistes de la gestion des affaires publiques,qu'i s'agisse de communes ou d'instances gouvernementales.

Pour un modéle à suivre

Renforcer les capacités de négociation entre les pays du Nord et ceux du Sud dans le cadre de synergies qu'il faut fédérer selon des critères qui restent à définir.Des groupes d'intérêts communs sont à former entre différentes nations où la différence et la diversité sont à concevoir comme sources de rapprochement et de développement.Une stratégie d'échange doit se mettre progressivement en place en fonction de besoins réellement évalués pour éviter out autre déséquilibre susceptible de nuire à un projet embryonnare certes mais combien porteur!