Création d’emplois : le retard des français

Publié le par Patrice

La population anglaise est sensiblement égale à la notre (59 millions contre 60 millions) mais en terme de personnes employées dans le secteur marchand, l’écart est de 40% (24,201 millions contre 16,810 soit env 7 millions d’emplois en plus pour l’Angleterre).

Selon l’IFRAP, si la France bénéficiait de 7 millions d’emplois marchands privés supplémentaires, nos prélèvements obligatoires pourraient baisser d’un tiers.
Ces prélèvements, qui sont parmi les plus élevés et qui placent la France en tête en terme d’impôts et de charges sociales, se situent entre 45 et 53% du PIB.
Ce taux serait ramené à 35% avec ces emplois privés.

Autres chiffres qui seraient inversés, le taux de fonctionnaires en France.
Ces derniers représentent actuellement 25% de la population active, ce qui nous place cette fois ci n°1 dans occident. 7 millions d’emplois marchands en plus ferait baisser ce taux à 17%. Cette valeur étant dans la moyenne des pays de l’OCDE parmi les plus performants.
On voit donc que la réduction nécessaire des fonctionnaires serait automatiquement diluée grâce à ces emplois privés manquants…

Conséquences de ce retard :
Alors que tous les pays ont créés des emplois plus ou moins massivement, la France en a pour sa part créée aucun.
Les politiques successives ont conduit les gouvernements à éliminer les chômeurs des statistiques par d’habiles  stratagèmes.
Par exemple en les gardant à l’école, en les faisant partir plus tôt à la retraite, en leur proposant des contrats aidés qui ne correspondent pas aux réels besoins économiques et qui les rendent dépendants de ces aides.

En conséquences de ces manipulations de chiffres, la France compte une population active (emploi plus chômeurs) de 63%, par rapport à sa population en âge de travailler (16  à 65 ans).
A comparer à la Grande Bretagne, les USA, les pays nordiques, la Suède, le Danemark, qui ont affichent 73 à 76% de personne actives.
Les chiffres officiels du chômage en France, actuellement autour de 10%, grimperaient ainsi à 15-20% si on comptait réellement une population potentiellement active.
Toujours à comparer au taux de 5% en Grande Bretagne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article