Le plan quinquennal solidarité grand âge

Publié le par Patrice

La France compte aujourd’hui 12,1 millions de personnes de plus de 60 ans.
Près d’un million d’entre elles sont en perte d’autonomie moyenne ou sévère.
Etant donné qu’en 2020 le nombre de personnes de 85 ans va doubler, et en gardant à l’esprit le désastre causé par la canicule de 2003, on comprend bien la volonté de notre gouvernement à anticiper les problèmes du vieillissement inéluctable de nos baby-boomers.

Ce plan quinquennal solidarité grand âge, qui vise à améliorer cette situation,  prévoit plusieurs axes de développement :

- Le nombre de places d’hospitalisation à domicile pour les personnes âgées passera de 8000 à 10000 d’ici 2010. Le nombre de places de services de soins infirmiers sera quant à lui augmenté de 40%.
- 5000 places supplémentaires dans les maisons de retraite seront créées chaque année jusqu’en 2012
- D’ici 2012, les établissements accueillants les personnes âgées très dépendantes devront disposer du même taux d’encadrement que les foyers d’accueils médicalisés pour personnes handicapées. Cela devrait correspondre à environ un professionnel pour une personne très dépendante.
- 500 millions d’euros seront débloqués pour aider les maisons de retraites à moderniser leurs équipements.
- 1000 places de courts séjours gériatriques et 3000 places de soins de suite et de réadaptations seront créées d’ici à 5 ans pour améliorer l’accueil des personnes âgées dans les hôpitaux.
- Un plan national sur le cerveau et les maladie du système nerveux sera lancé d’ici la fin de l’année. Pour information 225000 nouveaux cas sont recensés chaque année et les maladies neurovégétatives touchent environ 12% de la population des plus de 70 ans.
- 20 millions d’euros en plus des 200 millions déjà consacrés au neurosciences seront débloqués par l’agence nationale pour la recherche.
- Le 3 juillet se déroulera une conférence de la famille. Celle-ci sera consacrée aux solidarités intergénérationnelles.
- Le gouvernement étudie enfin la mise en place d’une consultation gratuite et facultative pour toutes les personnes de plus de 70 ans, afin de dépister certaines maladies neurologiques.

Notons enfin que ces mesures semble accueillies favorablement par la majorité des acteurs de ce domaine.

Source : Le figaro

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article