Les sites pour ados cibles privilégiées des investisseurs

Publié le par Patrice


Les nombreux investissements de ces derniers mois sur Internet sont en grande majorité envers des portails mettant en avant les goûts et humeurs des jeunes.

La raison principale semble que les annonceurs publicitaires peuvent cibler plus aisément leurs produits et bénéficier d’effets de buzz si les produits sont plébiscités par ces adolescents.

Ces sites sont bien entendu gratuits car les jeunes sont sensibles à la gratuité sur internet, les seules solutions pour rendre rentable ces structures sont donc la publicité.


Certains spécialistes critiquent assez fortement ce choix dans les investissements.
Ces sites certes très ”in” pour les jeunes sont en revanche forts dépréciés par les adultes.
La présence de photos provocantes, de vidéos illégales violant les droits d’auteurs, les risques de rencontres dangereuses avec des personnes mal intentionnées, le ton trop libre et acerbe des jeunes envers les adultes etc. sont autant de raisons pour donner une mauvaise image à ces portails.

Les sanctions sont même parfois réelles, en témoignent le renvoie de certains jeunes des établissements scolaires pour des photos compromettantes qui ont été prises à leur insu.

Certaines majors font par ailleurs planer la menace de nouvelles actions pour faire valoir leurs droits sur ces sites…
L'équilibre financier pour ces modèles économiques serait d'autant plus dur à obtenir si ces portails doivent reverser d'éventuelles taxes aux ayants droits, de la même manière que les particuliers via les CD-DVD ou autres supports de stockage.

La fragilité d’une entreprise basée sur les passions et les comportements des adolescents est également à prendre en compte selon ces spécialistes.


N’en déplaisent aux investisseurs qui semblent toujours à l’écoute de nouveaux portails de ce type.
Le possible rachat du site Bebo, jeune concurrent des autres portails réservés aux jeunes, pour un  montant d’un milliard de dollars, semble à l’étude selon certaines rumeurs.

Commenter cet article