Le plan développement Gazelles Partie 2

Publié le par Patrice

Je reviens sur le plan ”gazelles” que j’avais déjà évoqué ici.
Pour rappel, dans le cadre du plan croissance PME, 2000 Gazelles vont être sélectionnées et soutenues afin de donner plus de poids à ces structures de taille moyennes qui peine à se développer durablement et sur l’international.

Pour être retenues, ces structures devront remplir les critères ci-dessous :
- Etre indépendantes
- Compter entre 5 et 250 salariés
- Avoir réalisées au moins 50 millions de chiffre d’affaire en 2003 et afficher une croissance supérieur à 34% en 2004 et 2005

Nous remarquons donc que la sélection est très dure et qu’il ne s’agira sans doutes pas là d’une sélection basée sur les capacités innovantes de ces structures mais essentiellement sur leurs viabilités actuelles.

Cette mesure, censée aider ces gazelles à recruter du personnel qualifié, à gérer leur trésorerie et les formalités administratives me semblent donc en décalage avec leurs aptitudes déjà démontrées.

Concrètement, les trois dispositions phares sont les suivantes :
- Leurs impôts sur les sociétés sera gelé pendant 2 ans
- Celles qui recrutent pourront différer de 6 mois le paiement des cotisations des nouveaux embauchés
- Un autre dispositif en cours d’élaboration devrait les aider à attirer des personnes compétentes.

Par principe je suis donc favorable à toute mesure susceptible d’aider les jeunes entreprises en phase de développement.

Je regrette cependant le manque d’implication des classes politiques pour les nouvelles entreprises de l’ère Internet.

Ces nouvelles structures seront très probablement les moteurs de demain (Cf les chiffres sur le développement de l’e-commerce et du taux de pénétration du web dans les foyers), et les ignorer revient à laisser la porte grande ouverte aux autres puissances mondiales.
Ces dernières ont bien compris le rôle grandissant de ces nouveaux business dans l’économie globale…

Aux Etats-Unis les acteurs majeurs sont toutes à la base des petites start-up qui ont su de part leur imagination et leur réactivité ouvrir de nouveaux marchés.
Le manque de dynamisme des institutions européennes, des grands groupes bancaires et autres acteurs industriels les rends moins efficaces sur ces marchés très vifs.

Cette prise de position n’est pas certe pas nouvelle de ma part, je vous invite par ailleurs à relire cet ancien post pourtant toujours d'actualité :
L'inquiétante hégémonie des géants
En 1 an il faut avouer que peu de choses ont encore évoluées.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Norbert 22/01/2007 11:08

Bonjour, nous avons découvert avec plaisir votre blog et ses illustrations; félicitations.