Services à la personne : banquiers et assureurs veulent se partager le gâteau

Publié le par Patrice

Sous la soit disant concurrence féroce qui s’annonce entre ces deux corps de métiers, de moins en moins éloignés, se cache en réalité une volonté farouche de monopoliser à court terme le domaine des services à la personne, quasiment vierge des pratiques économiques actuelles .

Ce secteur, estimé à 11 milliards d’euros en 2004 sans compter le travail au noir qui représente entre 70 et 90 % de cette activité selon les sources, intéresse donc au plus au point ces grosses sociétés dont le secteur d’activité initial semble à présent saturé.

Ainsi, les principaux établissements financiers tels que les assurances et les bancassurances s’appuient derrière une pseudo légitimité à distribuer des services alors qu’ils sont en partie responsable des effets néfastes de la surconsommation qui ébranle une grande partie des ménages.

Pour assurer la monopolisation de ce domaine de services, les banquiers, assureurs et mutualistes entendent bien être présents sur deux fronts essentiels.

Le premier, celui qui est à priori le plus légitime, est celui de faire partie des émetteurs du Cesu :
Par le biais de dizaine de milliers d’agences bancaires et postales, elles faciliteront ainsi l’encaissement du Cesu et permettront à terme aux salariés d’être payés directement par virement.

Le deuxième front, sur lequel ils entendent bien s’imposer malgré les acteurs déjà présents, est celui de la distribution des services :
Ils se sont ainsi divisés en une dizaine d’enseignes de services, dîtes nationales, car bénéficiant d’aides en terme de communication promises par  l’état.

Nul ne sait encore qui sortira vainqueur et vaincu de cette bataille à gros sous.
En revanche,  il paraît essentiel de privilégier la qualité des prestations, les attentes des particuliers et surtout de ne pas écœurer une fois de plus les consommateurs.
Osapi, sans vouloir participer au futur dépeçage de cette nouvelle économie, entend bien faire valoir son avance et son expertise dans ce domaine pour satisfaire au mieux les besoins des particuliers sans les forcer dans leurs choix.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article